La viabilisation du terrain

Electricité

Une chose importante lorsque l’on souhaite acquérir un terrain pour un projet de construction est de savoir si le terrain est viabilisé ou non.

Qu’est ce qu’un terrain viabilisé ?

Il s’agit simplement de rendre ce terrain « constructible » avec tous les raccordements nécessaires dans une habitation. Autrement dit la viabilisation d’un terrain est le raccordement EDF/TELECOM, en EAU, en ASSAINISSEMENT.

Un terrain viabilisé est un atout supplémentaire à la vente car les acquéreurs n’auront aucune démarche à faire pour viabiliser leur terrain.

Lorsque qu’un terrain n’est pas viabilisé, ce qui était notre cas, il faut se rapprocher de tous les organismes pour procéder aux différents raccordements ! Et alors là… Bonne chance ! 😉

Quelles sont les démarches à faire ?

1/ Raccordement électrique avec ERDF

light-bulb-984551_1920

Dans un premier temps nous avons contacté la Mairie car il était mentionné lors de notre achat du terrain d’une extension de réseau EDF, EAU et TELECOM jusqu’en bordure de terrain prise en charge par la municipalité. La Mairie devait donc lancer un appel d’offre pour la réalisation de l’extension… extension de réseau qui a été faite 8 mois après la demande. Il est donc très important de s’y prendre tôt pour ne pas être hors délai par rapport à la construction.

De notre côté, nous avons fait les démarches auprès d’ERDF directement pour le raccordement depuis le bord du terrain jusqu’à notre compteur à l’intérieur de la maison… Là aussi, il faut s’armer de patience. Dans un premier temps, il faut faire une demande de raccordement provisoire de chantier. En effet, les artisans intervenant sur le chantier ont besoin d’électricité.

Pour cela il vous faut un compteur de chantier. Demandez à votre électricien s’il peut vous en prêter ou louer un pour la durée du chantier.

Dans notre cas, bien sûr ce n’était pas simple ! Le premier poteau ERDF disponible était chez les voisins d’en face !! Le compteur de chantier a donc été déposé directement sur le poteau chez les voisins ! Les artisans devaient donc tirer une rallonge pour avoir l’électricité… bref…

Dans un cas normal où il n’y a pas de problème de raccordement le compteur de chantier est placé en bordure de terrain ! C’est plus facile !

Le raccordement provisoire a été fait dans un délai d’un mois. Donc là aussi, ne pas hésiter à s’y prendre tôt pour ne pas être bloqué.

En parallèle des démarches de branchement provisoire avec ERDF il faut contacter un fournisseur d’électricité (ex: EDF) pour être alimenté en électricité. Là aussi, il s’agit généralement d’un forfait mensuel le temps du chantier jusqu’au raccordement électrique définitif.

2/ Raccordement en eau avec le distributeur local (ex : Saur, Lyonnaise des Eaux)

tap-791172_1920

Le chantier doit être fourni en eau pour la réalisation de la dalle. Il faut donc contacter la société qui gère la distribution de l’eau potable et l’assainissement de sa commune pour ouvrir un dossier de demande de raccordement. Là aussi, il y a du délai à prévoir.

Dans notre cas, l’intervention sur chantier s’est faite sous un mois.

Il est recommandé de positionner un piquet mentionnant l’emplacement souhaité du compteur d’eau. Cela permet si vous n’êtes pas sur place au moment de l’intervention d’indiquer où vous souhaitez votre compteur. Le compteur est positionné en limite de propriété permettant l’accès sans entrée dans la propriété pour le relevé de compteur.

3/ Raccordement assainissement collectif ou individuel

gulli-302164_1920

Lors de notre recherche de terrain, nous souhaitions avoir la possibilité de nous raccorder au tout-à-l’égout de notre commune pour éviter de devoir installer une fosse sceptique sur notre terrain.

Le raccordement au tout-à-l’égout (assainissement collectif sur le réseau municipal) s’est fait en même temps que le raccordement en eau. Ce raccordement est réalisé par la société de gestion de l’eau potable et assainissement.

Dans le cas où vous devez avoir un assainissement individuel certaines règles sont à respecter. En effet, les propriétaires d’une maison située hors du réseau d’assainissement collectif a l’obligation de traiter ses eaux usées en installant une fosse sceptique par exemple.

L’installation de l’assainissement individuel est validée par le Service public d’assainissement non collectif (SPANC). Le SPANC se réserve le droit de valider ou non l’installation en apportant des préconisations sur l’installation, le matériel choisi…

L’entretien et vidange de l’assainissement individuel est pris en charge par le propriétaire.

L’assainissement individuel a un coût supplémentaire à prévoir lors de son installation. Il faut compter pour une micro-station d’épuration entre 6 000€ et 10 000€. L’avantage d’avoir un assainissement individuel est le prix de l’eau au mètre cube. En effet, étant responsable du traitement de vos propres eaux usées, vous ne payez pas ce traitement au distributeur local contrairement à l’assainissement collectif. La facture peut être augmentée de 30% à 40% pour le coût de traitement des eaux en assainissement collectif par rapport à un assainissement individuel.

 

Prochaine étape : La Mise en Chantier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *